Ça y est… en tout cas ç’en a l’air

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

Ça y est… ou en tout cas, ç’en a l’air.

Le pétrole chute de 1 % … Et les marchés — de Wall Street, à Paris, à Tokyo — partent en repli…

Mais encore plus inquiétant :

Les taux long-terme du Trésor américain sont passés en-dessous des taux à court terme.

C’est une “inversion des taux,” et c’est généralement perçu comme étant un signal fort de récession…

La dernière fois que cela s’est produit, c’était en 2007, au sommet de la bulle des subprimes.

En conjoncture avec les indicateurs industriels décevants — aux États-Unis, en France, et en Allemagne — ça ne présage rien de bon.

Ça pourrait même être l’enclenchement définitif d’un revers économique sérieux…

Quelque chose qui déclencherait la “prochaine phase” de cette reprise douteuse entamée depuis 2008.

Voyez, les marchés ont toujours parié que les banques centrales — la Fed, la BCE, et la Banque du Japon — ouvriraient les vannes pour soutenir le marché si jamais le spectre de récession revenait.

Et bien dorénavant, ça pourrait être le moment “de vérité.”

Les autorités se retiendront-ils… permettant aux actifs de retomber à des prix qui reflèteraient leur vraie valeur … ?

Ou bien continueront-ils de gonfler la bulle … ?

C’est la seule véritable question qui tracasse les marchés en ce moment…

Et la Fed et la BCE ne sauraient tarder … du moins si cette récession se confirme dans les prochaines semaines.

Ce qui n’est certes pas encore garanti.

C’est la même histoire à chaque fois que le marché fait un repli

Ceux qui suivent les nouvelles économiques connaissent le schéma.

Dès que le marché rechute un peu, on entend les mêmes sonnettes d’alarme… mais très vite le calme revient et les investisseurs oublient.

Ce n’est que lorsque les actions commencent vraiment à chuter qu’on se rend compte qu’il y a danger.

Alors… pensez-vous que la plupart des particuliers… des banques… des hedge fonds seront vraiment préparés lorsque le plancher commencera à céder ?

Eh bien : Comment peuvent-ils être prêts quand la quantité de dette qu’ils ont émise est à présent à des niveaux records ?

La Banque de France prévenait en décembre d’une “situation risquée” alors que la dette du privé, c’est-à-dire des entreprises et des ménages, atteint 132 % du PIB…

Et où pensez-vous que va cette dette ?

Eh bien, les particuliers investissent dans l’immobilier…

Et les entreprises achètent des actions — souvent les leurs afin de donner un coup de pompe à leur valorisation — et paient des dividendes…

C’est pour ça aussi que l’économie privée a les yeux rivés sur la Fed et la BCE… essayant de détecter le moindre changement de ton, ou de politique budgétaire.

Qu’adviendra-t-il de la chute d’aujourd’hui ?

Peut-être rien… Ce n’est pas la première fois.

Mais un jour, ce sera vraiment le bon… Ce ne serait pas étonnant que ce repli soit annonciateur.

Cordialement,

Henry B