Ce que dit le Président ne vous fait pas peur ?

C’est le Grand Débat National.

Macron a parlé avec un groupe de citoyens près de Valence…

Le Figaro en a rapporté des extraits.

Voici l’important…

Macron pense que vous ne “méritez” pas vos plus-values immobilières.

Vous achetez une maison. Vous attendez. Le prix grimpe et vous vendez.

D’après M. Macron, vous êtes un profiteur… rien de plus.

N’est-ce pas formidable ?

J’exagère un peu… mais pratiquement pas.

Voyez, M. Macron parlait du cas de la ville de Bordeaux.

Les prix de l’immobilier y ont grimpé.

C’est le cas dans beaucoup de villes en France.

Et d’après le Président, tout ça est du fait de la ligne Paris-Bordeaux.

En effet, la SNCF a lancé un trajet direct, à partir du 2 juillet 2017.

Le Figaro rapporte les propos en question :

À “Bordeaux, il y a eu beaucoup de plus-values immobilières quand le TGV est arrivé,” a souligné Emmanuel Macron. Le chef de l’État pointe du doigt une “injustice” en faveur de propriétaires qui “n’ont pas travaillé pour ça.”

Un membre de la foule proposait d’alourdir les taxes sur les plus-values dans l’immobilier.

“Votre idée est très bonne,” a répondu le Président, avant d’expliquer son raisonnement.

Il parlait du cas particulier de Bordeaux, certes…

Mais si vous lui donnez raison dans ce cas-là, que ne pouvez-vous pas qualifier “d’immerité ?”

Tous les actifs ne sont-ils pas affectés par des choses externes ?

Votre vie elle-même — vos réussites ou vos échecs — n’a-telle pas dépendu parfois de choses que vous ne contrôliez pas ?

Ce serait dangereusement naïf de prétendre savoir ce qui revient au “mérite,” contre ce qui provient de la chance.

Mais ce n’est pas dans l’esprit de nos politiciens de reconnaître leurs limites.

Et ils trouveront toujours une raison pour laquelle vous n’avez “pas mérité” ceci ou cela.

Et donc… puisque vous ne l’avez pas mérité… ils sont en droit de vous le prendre (c’est ce qui est impliqué dans les propos de M. Macron).

Je crains que le Grand Débat National ne se solde sur des taxes plus punitives

Taxer plus — surtout les “riches” — revient dans l’air du temps…

La course des présidentielles démarre aux États-Unis…

Les élections auront lieu en 2020, mais le spectacle commence déjà.

Chacun propose davantage de taxes… de droits de succession… etc.

Les plus riches, dit-on, ont la vie trop belle… Il faut couper les “hautes herbes.”

Au moment des réunions de Davos, les journalistes n’avaient que le mot “inégalités” à la bouche.

Et l’issue du Grand Débat pourrait bien reprendre ces mêmes thèmes.

Cela n’implique pas de changement dans nos placements pour l’immédiat.

Mais surveillons de près les annonces des prochaines semaines…

Nous allons y voir des indices importants à reconnaître.

Amicalement,

Henry B