La France court après un fantasme sur l’Énergie

La Bourse a bondi à l’ouverture aujourd’hui : Le CAC 40 finissait la soirée d’hier autour des 5.000 points. Il évolue à présent vers les 5.030 points.

En cause ?

Les marchés ont fêté le discours du Directeur de la Réserve fédérale, Jerome Powell, d’hier. Il y indiquait une fin aux rehaussées de taux de la part de la Fed :

“Les taux d’intérêts restent faibles d’un point de vue historique. Ils sont just en-dessous de la région dans laquelle, selon les estimations, ils auraient un effet neutre sur l’économie.”

Pour les marchés, la Fed atteindra donc bientôt un niveau de “neutralité” et cessera les augmentations de taux.

Aux niveaux d’aujourd’hui, les taux stimulent toujours l’endettement et le gonflement des valorisations… Les marchés ont donc apprécié la nouvelle !

L’indice de Wall Street, le S&P 500, a ainsi pris 2,5 % hier.

Par la même, le CAC 40 a eu droit à 1 % de croissance aujourd’hui.

Cela renforce l’idée que nous sommes dans un marché dépendant du crédit, gonflé par la dette.

C’est-à-dire que les actions ne nous disent pas grand chose sur la santé de l’économie.

Un indicateur plus sérieux pour la santé de l’économie globale, le pétrole, raconte une histoire moins glorieuse :

Le prix du baril a de nouveau chuté, jusqu’à 50 $ le baril pour l’indice américain WTI.

Un jour ou l’autre, avec ou sans la Fed, les obligations viendront sous pression… préparez-vous avant !

Les hallucinations de l’écologie

Mardi, M. Macron élucidait les projets de l’État en matière d’énergie et de carburants.

On en retient que le programme de la Transition est un fantasme peu basé dans la réalité…

Avec plus d’éoliennes et de panneaux solaires…  plus de véhicules électriques… des dépenses de 7 à 8 milliards d’euros par an pour les subventionner… et des taxes plus importantes pour dissuader les voitures actuelles.

Le nouveau ministre de la Transition, François de Rugy, a pris la parole depuis, lors d’une conférence de Presse.

Ce qui est certain, c’est que le gouvernement n’a nullement l’intention de renoncer à taxer plus les carburants ou les véhicules.

Et que de même, ils croient fermement pouvoir remplacer le charbon, le pétrole, et le nucléaire par des futures centrales à éoliennes ou à panneaux solaires.

D’où tirent-ils la certitude que ces technologies seront à la hauteur… ?

Après tout, si le gouvernement passe de 5 milliards par an de subventions à 8 milliards, c’est que ces énergies ne sont PAS compétitifs avec les centrales actuelles…

N’est-ce pas un peu naïf et dangereux de miser l’avenir de la France sur des technologies non-prouvées ?

Nous disions ici hier que les élus se moquent bien des réalités techniques ou logistiques.

Et ils n’ont rien à faire des coûts.

En présentant le “Programme pluriannuel de l’énergie,” il n’a fait que répéter les mêmes fantasmes…

Ainsi la France s’est donné un nouvel object : “40 % d’émissions de carbone en moins d’ici 2030.”

Auparavant, c’était 30 %.

Pourquoi pas 50 % ? 60 % 100 % ?

Après tout, la Transition semble surtout constituer d’énarques visionnaires s’imaginant comment la France “devrait” être dans 5 ans ou 10 ans . Pourquoi se limiter ?

Ainsi, d’ici à 2022, nous allons aussi fermer toutes les centrales à charbon.

Il n’est pas donné que nous aurons une autre source moins polluante d’ici-là bien sûr.

Mais à l’image des Soviétiques, ils ont compris qu’ils devaient d’abord casser le système actuel… pour qu’ils puissent ensuite le rebâtir à leur volonté.

“Il faut casser quelques oeufs pour faire une omelette,” dit-on.

Et de même que M. Macron, le ministre de la Transition expliquait que nous utilisons “trop” d’énergies fossiles… et que ça a un côté vilain, malsain :

“Nous avons vécu pendant plusieurs dizaines d’années avec un modèle fondé une importation massive de pétrole de gaz et de charbon, donc une dépendance massive aux énergies fossiles.”

Et oui, la Transition est une nouvelle Croisade bien justifiée, bien chère, et — avec bientôt 8 milliards d’euros de dépenses publiques — bien rentable pour les initiés.

Salutations,

Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *