Le Brexit risque de décevoir les alarmistes

Les médias parlent surtout du Brexit aujourd’hui… Le Royaume-Uni quitterait l’Union le 29 mars, en l’absence de changement.

Que changerait en réalité le “Brexit…?”

Peut-être assez peu de choses…

Un article de RTL essaye de dresser le bilan de ce qui changerait “vraiment.”

On apprend par exemple que les “images d’avertissement” sur les paquets de cigarettes changeraient… puisque le droit d’auteur des images appartient à l’UE.

Ça ne me semble pas désastreux pour les Anglais.

En réalité… personne ne sait au juste — car le Royaume-Uni quitterait un régime de traités, de règles, et d’accords… mais en créerait d’autres à la place.

Ni la Suisse, ni l’Islande, ni la Norvège ne font partie de l’UE…

Ils ne s’en portent pas si mal, cependant.

Et pour le sort des Français du R.U… ou des Anglais en France… ?

Certains minimisent l’impact sur les expatriés… “Les pays trouveront un accord sur la question,” disent-ils.

D’autres annoncent la catastrophe et les migrations de masse… Et appellent à un nouveau vote sur la question…

…les médias ont coulé beaucoup d’encre au sujet de la “validité” du vote sur le Brexit.

Ils accusent les partisans du Brexit de mensonges et de manipulation.

Etienne Lefebre dans Les Echos représente bien le ton :

“Lors du référendum de juin 2016, les Britanniques n’avaient pas voté dans la perspective d’un tel Brexit, désordonné et périlleux.

“A partir du moment où les députés sont incapables de se mettre d’accord, le gouvernement devrait se résoudre à redonner la parole aux électeurs, d’une manière ou d’une autre.”

Et si le vote sur le Brexit avait abouti en faveur de “rester” dans l’UE, demanderaient-ils toujours qu’on refasse le vote ?

L’UE et votre argent

L’Union européenne se prétend beaucoup de choses…

…mais c’est avant tout une question d’argent.

Les bureaucrates de Bruxelles prélèvent environ 137 milliards d’euros par an aux contribuables des pays-membres… !

Et après, ils les dépensent sur ceci ou cela…

…1,46 milliards d’euros sur une projet de “coopération artistique…”

…10,6 milliards pour le “verdissement” des pratiques agricoles… sans qu’on en ait de résultat tangible…

…23,7 milliards d’euros sur des réseaux ferroviaires en Espagne… pour des trains qui sont vides la moitié du temps, selon la Cour des comptes…

…une nouvelle génération de bioréacteurs pour 25 milliards d’euros…

…et même 3,3 milliards dépensés “en erreur…”

Etc etc.

Mais les dépenses des État profitent toujours à quelqu’un et trouvent des partisans.

Une cabale de chercheurs, professeurs, journalistes et autres montent au créneau pour trouver des besoins plus pressants — et coûteux — les uns que les autres, pour dépenser la cagnotte.

Ce n’est pas tant le Royaume-Uni qu’ils veulent défendre… c’est tout ce maillage de prélèvements, régulations, dépenses, et projets.

En soi le Brexit, comme l’élection de Donald Trump, sera surtout symbolique…

Qu’arrivera-t-il après ? Personne ne sait. Peut-être rien.  Peut-être la fin de l’UE.

Quoi qu’il en soit, ça n’empêche pas le spectacle d’être amusant !

Cordialement,

Henry B