Les “gilets jaunes” n’arrêteront rien

Le CAC 40 baisse en-dessous des 5.000 points de nouveau. Il avait passé la majorité de l’année entre les 5.200 à 5.500 points, mais il décroche depuis début octobre.

Le marché craint le ralentissement de la croissance autour du monde…

Et les actions de la Tech, en particulier, ont pâti.

L’action Apple a perdu plus de 17 % depuis début octobre sur la baisse des prévisions de croissance…

Le fabricant de micro-processeurs Nvidia a aussi perdu environ 18 % depuis hier, après la publication des résultats de trimestre… Le groupe a raté de loin les prévisions de chiffre d’affaire.

Demain, les “gilets jaunes” débarquent

…en principe …mais beaucoup d’incertitude subsiste.

Le journal Sud-Ouest cite une source policière :

« Environ 1 500 actions sont attendues sur le territoire et seulement un peu plus d’une centaine auraient été déclarées. »

Et puis le visage de la manifestation comporte beaucoup de flou… Les participants manifestent contre le prix des carburants… mais ils demandent quoi au juste… ? Moins de taxes ? Des aides ?

Ou bien attaquent-ils l’administration de M. Macron dans l’ensemble … ?

Les Échos tentent d’y trouver un sens… En effet, le mouvement “gilet jaune” rassemble les partisans de Marine Le Pen comme les Mélenchonistes :

“Quant au positionnement politique, il n’éclaire pas davantage. Certes, le soutien est plus marqué à la droite de la droite (87 % des sympathisants de Debout la France et 84 % de ceux du Rassemblement national), mais il est aussi très fort à gauche (79 % des sympathisants socialistes, 75 % des Insoumis et même 74 % des écologistes d’EELV).”

Mais l’union dérange les “pros” de la manifestation

Ainsi, le dirigeant de la CGT, Philippe Martinez, a attaqué le mouvement des “gilets jaunes.”

Pourquoi ?

Eh bien, beaucoup des manifestant soutiendraient Marine Le Pen, ou d’autres “déplorables.”

M. Martinez expliquait sur France Inter :

“C’est absolument scandaleux. La CGT ne peut pas défiler à côté de ce genre d’individus ou de partis politiques…

…on n’ira pas défiler à côté d’eux.”

Il évoquait par ailleurs le soutien du patron de E. Leclerc pour le mouvement… un motif de consternation pour lui.

Voyez, M. Martinez soutient en théorie le rehaussement du pouvoir d’achat des Français… mais pas sous forme de baisse de taxes.

Non, il préfère les mesures “anti-patron,” et luttes des classes : hausse du SMIC, etc.

Voyez : l’écologie rejoint vraiment le social !

« Le fond du fond c’est les salaires… Nous, on propose que le Smic soit revalorisé largement à la fin de l’année », lance-t-il.

« Il faut favoriser des augmentations de salaires pour avoir accès à des véhicules propres… »

Éh oui… le gouvernement n’a pas besoin de baisser les taxes… mais juste d’obliger les entreprises à rémunérer davantage les employés…

Ensuite, les dirigeants dicteront aux Français de dépenser ces nouveaux revenus sur des voitures moins polluantes, et sur-taxeront encore davantage les carburants.

Tout le monde y gagne !

Quoi qu’il en soit, en politique la logique de l’argument ne décide pas du cours de choses.

L’État taxera toujours davantage les carburants… et mettra plus d’incitations ou de punitions pour le passage au vert…

… mais peut-être en profiteront-ils pour avancer des projets plus ambitieux … ?

Des impôts “verts” sur les entreprises ?

Des ajustements au SMIC, comme l’espère M. Martinez ?

Tout le monde aura son mot à dire… Tout le monde veut sa participation, son incitation, son impôt, ou son allocation.

Et que l’État réagisse ou non aux “gilets jaunes,” ces programmes verts et écolos commencent tout juste à s’implanter.

Salutations,

Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *