Macron veut juste taire ces bougres

Le CAC 40 n’arrive pas à se sortir de l’impasse… Après une rehaussée hier, sur les talons de Wall Street, l’indice descend jusqu’aux 4.980 points…

Au niveau d’aujourd’hui, le CAC 40 n’aura pas progressé depuis février 2015… soit presque 4 années de perdues !

Pourquoi le recul ?

D’un côté, le marché a peut-être remis en cause “l’assouplissement” de la politique de la Fed. En effet, les remarques du chef de la Fed, Jerome Powell, cette semaine avaient fait croire à des taux moins élevés que prévus pour 2019.

Cependant, un document publié par la Fed depuis montre que ses dirigeants sont favorables à une nouvelle hausse sous peu.

Et par ailleurs, les marchés avaient osé un peu d’optimisme sur l’histoire des tarifs… mais Donald Trump a relancé de l’huile sur le feu en amont des réunions du G20.

Il tweetait :

“Des milliards de dollars affluent dans les coffres des É-U grâce à ces Tarifs qu’on a imposé à la Chine. Et il y en a encore beaucoup à prendre. S’ils ne veulent pas payer ces Tarifs, ils n’ont qu’à installer les usines aux É-U. Sinon, on va continuer à enrichir plus que jamais notre pays !”

Du bluff ? De la provocation ? De la sincérité ?

Vous en savez autant que moi.

La comédie de la Transition continue

C’est l’un des meilleurs moyens de faire la promotion d’un événement : Promettre qu’on va y voir un affrontement. Un combat. Ça attire même les gens les plus détachés. On veut voir comment ça va se terminer.

Et c’est pour ça qu’on est ravi de voir l’ex-président, François Hollande, et M. Macron, s’affronter autour des Gilets jaunes.

Depuis que les Gilets jaunes sont entrés sur scène, M. Macron essaye de se situer… Il a déjà dit qu’il ne changerait rien au programme de la Transition — taxes sur les carburants, etc.

Donc quand il a “reçu” les Gilets jaunes dernièrement, c’était pour l’apparence. En fait, c’était aux Gilets jaunes de comprendre — qu’ils n’allaient rien gagner.

Et c’était la tension de l’affaire depuis le début. Tout a déjà été dit : L’État ne va pas “reculer,” quoi qu’il en soit. Que reste-t-il à faire ?

C’est exactement ce que pointait François Hollande récemment, en déplacement en Ardèche :

“j’aurais trouvé des solutions pour renvoyer un certain nombre de décisions pour permettre à la concertation de déboucher. Parce que si on augmente au 1er janvier les taxes, comment faire comprendre que la concertation va être utile et efficace et sincère.”

Bah oui… à quoi ça sert de faire des “concertations” avec les Gilets jaunes si les décisions importantes — les taxes — ont déjà été prises ?

C’est de la politique pure et simple.

Mais M. Macron n’aurait pas du tout apprécié… Et il a voulu répandre un peu de boue sur M. Hollande au passage. En déplacement en Argentine pour le G20, il disait :

“J’entends aussi souvent les voix qui parfois n’avaient pas même réussi à bouger les choses, et qui sont sans doute plus à la racine de cette situation que nous vivons que le gouvernement qui n’est aux affaires que depuis 18 mois. Que voulez-vous ? Le cynisme fait partie de la vie politique. »

Mais oui : Comment M. Hollande peut-il lui reprocher d’avoir maintenu le programme de la Transition ? C’est lui-même qui l’avait mis en place !

Vous noterez cependant qu’en aucun cas il n’est question de révoquer la programme de la Transition, ni ces taxes.

Non : la seule question est de savoir comment taire ces bougres en gilets fluorescents !

Salutations,

Henry B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *