Parler de “père” et de “mère” deviendra tabou

Ne dites plus “mari et femme…!”

Dans le langage “égalitaire,” on parle de “partenaires.”

Et ne dites pas non plus “père et mère.” Maintenant, dites juste “parent.”

C’est le sens des choses à l’Éducation nationale à présent.

Avec la nouvelle loi qui vient d’être passée, la Loi “école de la confiance,” ils prendront en main vos enfants plus tôt — à partir de l’âge de trois ans.

Et ils vont leur apprendre un nouveau langage… Histoire de les débarrasser de certains préjugés et préconceptions vieillottes que vous auriez pu leur inculquer.

C’est pour cela que les mots “père” et “mère” deviennent tabou.

Voici ce que dit Jennifer de Temmerman, députée de LREM, à ce propos :

« On a des familles qui se retrouvent face à des cases figées dans des modèles sociaux et familiaux un peu dépassés. Aujourd’hui, personne ne devrait se sentir exclu par des schémas de pensée un peu arriérés. Pour nous, cet article est une mesure d’égalité sociale.”

Voici ce qu’on peut trouver sur Internet comme alternatives “neutres” à papa et maman.

“Par” — comment “parent…”

“Zaza…”

“Nini…”

L’homme stalinien

Dans le monde de l’avenir, croit-on, la famille aura de moins en moins de rôle… tandis que la société… ou des aménagements divers… la remplacera.

Ça m’a rappelé les propos d’un des personnages du livre Crime et Châtiment, de Dostoïevsky…

Ce livre date de 1866… bien avant la révolution bolchévique… mais pourtant les idées sur le Progrès — en particulier par l’élimination de la famille — étaient déjà en forte circulation…

Le personnage de Lebeziatnikov incarne les intellectuels qui commencent à avancer ces idées-là…

Il explique ainsi …

“Les enfants constituent une question sociale, et une question de première importance…

“Certains nient totalement la nécessité de leur existence, comme ils nient d’ailleurs toute allusion à la famille… “

Mais ce n’est pas juste les enfants eux-mêmes qui sont embêtants… mais la famille toute entière :

“Je songe parfois que si jamais je me mariais (légalement ou librement, que m’importe), j’amènerais, je crois, un amant à ma femme, si elle tardait trop à en prendre un elle-même. « Chère amie, lui dirais-je, je t’aime, mais je veux encore que tu me respectes, – voici ! ».”

Bien sûr… je ne sais pas si l’élimination des cases “père” et “mère” nous met sur une pente vers les “unions libres” et la disparition du mariage et de la famille…

J’en doute… La famille est un élément trop naturel de la vie. Si elle disparaît, la société elle-même ne tient pas longtemps.

Tout cela, de première vue, a peu à voir avec le marché…

Mais ces changements de mentalités…ou du moins de moeurs… n’auront-ils un impact sur votre patrimoine ?

Quand on essaye de changer le langage… en remplaçant “père et mère” par “parents” par exemple… on veut quelque part remettre en cause un aspect important de nos vies.

Et quand aux autres choses que vous prenez pour acquis — votre droit de vous faire une épargne, de conserver ce qui vous appartient, de jouir du fruit de votre propre travail — à quand cela deviendra-t-il tabou également ?

Cordialement,

Henry B