Pourquoi la France voulait entraver la Nord Stream 2

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

La France a fait des vagues dans le milieu de l’énergie ces derniers jours…

Un tuyau géant de gaz naturel, Nord Stream 2, est aujourd’hui en cours de construction, sous la mer baltique.

Il ravitaillerait l’Allemagne en gaz nat’, provenant de Russie.

Puisque nos voisins germaniques ont voté l’arrêt de la production d’énergie nucléaire, ils ont besoin de gaz naturel plus que jamais.

Et avec la nouvelle pipeline, la Russie assurerait 60 % des besoins du pays.Entre en scène l’Union européenne…

…et son droit de “réguler” les marchés en Europe.

Celle-ci avait été écartée de la supervision du projet, car l’Allemagne avait signé un accord directement avec le Kremlin.

Mais une représentante du Ministère français des affaires étrangères, Agnès Van der Mühll, a jeté un pavé dans la marre…

Elle indiquait en fin de la semaine dernière que la France voulait mettre le projet Nord Stream 2 sous l’autorité de l’UE.

Celle-ci pourrait alors bloquer le projet ou imposer des limites sur son exploitation, par exemple.

Un fouillis d’intérêts contradictoires

Depuis, les représentants français ont rassuré leurs homologues allemands…

Mme Van der Mühll parlait en erreur, voyez-vous…

L’Allemagne a tout à fait le droit d’établir des relations avec la Russie pour son approvisionnement en gaz naturel, dit-on…

Tout comme elle peut bâtir une pipeline pour traverser la mer baltique… du moment que les États de la zone concernée — de la Finlande au Danemark — soient d’accord…

Mais vous voyez là comment les organismes tels que l’UE… ayant la capacité de dicter les règles du commerce au secteur énergétique… ou régler les actifs des banques… ou dicter la taxation des GAFA… devient vite un outil — une arme même — pour un faction ou une autre de faire valoir ses intérêts particuliers…

Les lobbyistes des compagnies de gaz nat’ à Washington, par exemple, avaient soutenu l’UE…

Il souhaitaient davantage de régulations et de bloquages à la pipeline

Et pourquoi ?

Ils ont dit qu’il faut faire pression sur la Russie… ou encore “protéger l’environnement.”

Mais qu’importent les raisons évoquées…

La réalité, c’est que cette pipeline ferait baisser le coût du gaz nat’ en Allemagne.

Ce qui ne plaît pas aux producteurs texans…

… qui font cause commune avec les écolos…

… ou encore les transporteurs de fret maritime, qui bénéficient du transport du gaz par bateau.

(La seule alternative viable aux pipelines, bien que plus chère.)

Cette arme est visée sur vous

L’UE… la BCE… les comités divers et variés sur la pêche, la chasse, l’environnement, le commerce, etc…

Tous deviennent tôt ou tard l’outil de ceux qui arrivent à se mettre aux commandes…

Et il est le plus souvent visé sur ceux qui n’ont pas les relations bien-placées ou les contacts nécessaires pour s’en servir eux-mêmes.

C’est-à-dire qu’en général, ils se tournent vers le commun des gens — les contribuables, les épargnants, les consommateurs.

L’UE, tout comme le restant du pouvoir politique, est fait pour être utilisé… et il le sera, tôt ou tard.

Où que vous regardiez, c’est la même chose…

Dans chaque nouvelle proposition de loi… chaque nouvelle taxe… nouvelle régulation — au niveau de la France ou au niveau de l’UE — les autorités agissent contre les intérêts de certains… et donnent l’avantage à un autre.

Et si vous n’êtes pas de ceux qui en bénéficient… alors vous pouvez être certain que vous êtes de ceux qui y perdent.

Cordialement,

Henry B