Pourquoi les “gilets jaunes” ont déjà perdu…

L’indice du CAC 40 a grimpé dans la matinée, mais n’a pas encore franchi la barre des 5.000 points.

Le marché approche de la fin de l’année avec une performance de – 6,5 % sur les 11 premiers mois… et la perspective donc d’une année “perdue” en Bourse.

La cause du problème … ?

Les analystes redoutent la hausse des taux sur les obligations.

En effet, les taux court-terme sur les obligations américaines ont fortement augmenté depuis 4 ans.

Le taux sur les obligations à maturité dans 2 ans a grimpé des 0,3 % en fin 2013, à près de 2,9 % aujourd’hui.

Et ce taux approche fortement des taux à plus long-terme, qui sont habituellement plus élevés (car une durée plus importante équivaut à un risque plus élevé).

Les taux sur les obligations à 10 ans sont de 3 % tout juste.

Si les obligations court-terme continuent sur leur lancée, ils dépasseront les taux sur les obligations plus longues… et mèneront à une “inversion” de la courbe des taux.

Ce qu’on considère généralement comme annonciateur d’un repli économique…

Si cela se confirme, alors l’année 2019 pourrait devenir encore plus tumultueuse.

Les “gilets jaunes” ont déjà perdu…

Les “gilets jaunes” ont resurgi samedi, 24 novembre…

Environ 100.000 personnes ont manifesté en France, d’après les journaux.

Ils ont fait blocage à l’Arc de Triomphe à Paris.

S’en sont suivis les CRS… les bombes lacrymogène… des pétards… des cassages… etc.

Donald Trump en a dit un mot sur Twitter, parlant des “vastes et violentes manifestations en France.”

Personne ne sait si les délits, tels que le vandalisme de la chaussée par exemple, ont été commis par des “gilets jaunes” ou plutôt par des casseurs du type “Antifa” pour semer la pagaille.

Par contre, quoi qu’il en soit, les “gilets jaunes” ont déjà perdu.

Pourquoi ?

Parce que, les politiciens ont déjà sorti leur playbook pour mater la révolte.

Celui qui garantit que rien ne changera.

Du moins, rien d’important… Le gouvernement va continuer avec des hausses de prix, de taxes, etc.

Macron affirme vouloir apaiser les “classes moyennes et laborieuses.” Et leur offrir un nouveau “pact social.”

Mais à part de belles paroles, il semblerait que le programme reste le même.

C’est plutôt une opération pour faire accepter à ces classes-là qu’ils ne pourront rien changer.

D’après Sud-Ouest:

Première chose, le gouvernement n’a aucune intention de revenir sur les hausses des taxes sur les carburants décriées par le mouvement des Gilets jaune.

« Il y a un cap qui a été fixé par le président de la République, c’est celui de la transition énergétique (…) Ce cap doit être tenu », a déclaré le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Le but est que « nos enfants vivent dans un environnement meilleur », avec « moins de CO2, moins de particules fines », a-t-il argué.

Le problème n’est pas les taxes, soutiennent les autorités.

Mais plutôt la réaction des Français…

Et ce qu’ils doivent faire maintenant relève plutôt d’une opération de Relations Publiques.

D’après Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics :

“Manifestement, on a loupé quelque chose dans l’explication de la taxe carbone.”

Et oui… si seulement on avait mieux expliqué les choses !

Mais remettre en question le programme de la Transition en soi ? Jamais.

C’est pourquoi M. Macron va en fait renforcer le pouvoir de la Transition au sein de l’administration…

Nous avons déjà une ministère de la Transition écologique et solidaire.

Maintenant, nous ajouterons encore une couche, avec la création d’un comité spécial pour les mesures anti-carbone.

Sud-Ouest :

Emmanuel Macron compte aussi s’appuyer sur la création d’un ‘Haut Conseil pour le climat’ qu’il installera officiellement mardi. Composés de 13 experts et scientifiques, il doit s’assurer que le cap de la dette carbone est bien tenu.

Éh oui… Quoi de mieux pour s’assurer que le boulet soit bien attaché au pied des Français ?

Voyez, les “gilets jaunes” râlent… Ils font des démonstrations…

Mais ce qu’ils veulent est l’antithèse de ce que veulent nos dirigeants… PLUS de taxes, PLUS de régulations, PLUS de contrôles, de charges.

C’est pourquoi M. Macron et autres cherchent un nouvel angle…

Mais ne vous trompez pas : Ils ne comptent jamais renoncer au Programme !

Mes salutations,

Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *