Une députée UE se déchaîne sur Carlos Tavares (PDG de Peugeot-Citroën)

Le CAC 40 continue toujours sur la lancée depuis fin décembre… L’indice affiche +15 % depuis le plus-bas.

Aujourd’hui, Emmanuel Macron lance un salon de la recherche sur le “vert” et le “renouvelable.”

Il l’a baptisé “One Planet Lab.”

L’État, voyez-vous, fait de l’écologie… Mais tout le monde ne le salue pas.

Ma missive d’hier portait sur le “coup de gueule” de Carlos Tavares, le PDG de Peugeot-Citroën, contre le programme écolo…

Les élus, dit-il, n’assument pas — ou ne comprennent pas — les conséquences des politiques de réduction de carbone…

Ils ont ainsi voté une loi qui obligerait les voitures à émettre 40 % de carbone en mois d’ici 11 ans…

Sinon, l’UE enchaînera des amendes aux constructeurs jusqu’à la déperdition du secteur…

Ils font preuve d’un “amateurisme atterrant,” disait M. Tavares au journal Le Figaro… car ils ne perçoivent pas les coûts d’une transition vers l’électrique… ni les contraintes de la technologie… ni la réalité des défis.

Cependant, les écolos n’ont pas supporté les propos de M. Tavares…

Et ils dénoncent à présent “l’amateurisme” du dirigeant d’entreprise !

Éh oui… il a peut-être fait carrière dans l’automobile depuis l’âge de 23 ans… gravi les échelons chez Renault… puis pris la tête de Peugeot-Citroën… qu’il a fait revenir de la mort…

… mais c’est un “amateur” total, nous disent les partisans de la Transition écologique !

Il a osé

Ainsi une certaine Karima Delli, députée du parti “Europe Écologie les Verts,” prend la parole dans La Tribune

Quant au sujet de M. Tavares, elle ne mâche pas les mots !

Elle dit :

“Je suis en colère parce que M. Tavares ose utiliser le mot ‘amateurisme’ en pointant les législateurs que nous sommes.”

Au moins, elle a compris le fond des remarques de M. Tavares.

Il accuse Mme Delli et les siens d’incompétence et de dilettantisme — ce qui est sans doute mérité.

Mais elle ne s’inquiète pas qu’il pourrait très bien avoir raison (d’ailleurs, il a sans doute tapé dans le mille).

Elle est surtout en colère qu’il ose le dire à voix haute.

Par exemple, M. Tavares explique que la construction d’automobile — qui emploie 13 millions de personnes en Europe — serait radicalement changée par ces mesures…

Des millions de gens perdraient sans doute un emploi… Les élus sont-ils certains que cela soit tellement bien avisé ?

Mme Delli explique que la “faute” pour les pertes d’emploi serait plutôt sur les épaules de M. Tavares…

Éh oui — il n’avait qu’à employer tous ces gens à faire de l’électrique au lieu de voitures à essence !

Elle dit :

“Si les emplois sont enfermés dans de vieilles technologies polluantes, c’est un arbitrage industriel qu’il a pris lui-même. Cet argument est donc inacceptable.”

Mais ne la méprenez pas !

Elle cherche juste la discussion, dit-elle :

“Moi j’invite M. Tavares à débattre devant le Parlement européen. Il ne faut pas avoir peur de parler de tous les sujets. Y compris celui du cycle de vie de la voiture électrique.”

Mais serait-ce un “débat ?”

Ou plutôt une question de lui faire comprendre sa place ?

Voyez, M. Tavares est trop près des réalités pour se laisser prendre aux fantaisies que peuvent se permettre d’autres.

Et sa clarté d’esprit, pour nos députés, est un affront.

Les secrets d’une “Bible des revenus”

J’ai sur mon bureau un livre qui s’appelle La Bible des Revenus, qui est mis en circulation par les Publications Agora.

Je suis en train de le feuilleter ces derniers jours… On y trouve des informations intéressantes…

…comment vous pouvez participer aux royalties payées par la Tech…

…quels actifs vous permettent d’empocher de l’argent payé par les contribuables américains…

…les différentes stratégies pour parier sur l’or qui peuvent être plus rentables que d’acheter simplement de l’or-métal.

Je vous en dirai plus dans un futur message.

Cordialement,

Henry B