Comme Jeff Bezos, je paie trop cher l’appartement

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

Le loyer de l’appartement me coûte un peu beaucoup… mais tant pis.

La facilité de la vie prend la priorité.

Cela me dégage des ennuis et des considérations… et cela me libère de l’énergie pour la réflexion — pour d’autres défis.

Certes : Ne vous endettez pas et ne dépensez pas au-delà de vos revenus.

Par contre, la privation à l’excès n’a jamais aidé personne.

Les journaux parlent aujourd’hui de l’achat de Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, dans l’immobilier à New York… Il en a acheté pour 1.600 mètres-carrés au prix de 80 millions $.

Vous achetez à Paris, et pensez que cela vous coûte un bras ?

L’achat de M. Bezos lui a demandé 50.000 $ le mètre-carré… Mais l’homme vaut, avec son ex-femme, environ 139 milliards $. Il a donc les moyens.

Et puis la fortune de M. Bezos fluctue de milliards de dollars d’une semaine sur l’autre… rien qu’avec les aléas de la Bourse.

Bref, il n’a pas cherché une affaire… cela n’aurait pas eu beaucoup de sens.

Risques limités… potentiel illimité

La société Amazon vaut près de 1.000 milliards $ en Bourse aujourd’hui… la boîte a grimpé vite, vite… enchaînant succès sur succès.

Mais au départ, personne ne l’aurait deviné. Même M. Bezos lui-même, qui admet avoir été surprise par le succès de produits tels que l’Amazon Kindle, ou encore Amazon Web Services.

C’est la même proposition pour n’importe quelle start-up qui démarre aujourd’hui… si insignifiante soit-elle.

Certaines exploseront… d’autres feront un plat.

Les fonds des universités telles que Harvard ou Yale dévouent de plus en plus de leurs capitaux pour financer ces types de projets, à leurs débuts.

Quand on peut subir le risque… et qu’on a la possibilité de rester dans le jeu assez longtemps pour tomber sur un “gagnant,” alors les gains y sont aussi les plus importants.

Plus qu’en investissant dans une entreprise du CAC 40 par exemple… ou dans l’une des GAFA.

Sur la pointe du fer de lance

Les start-ups agissent dans le “fer de lance” de l’économie… dans l’exploration et l’innovation.

Elles ne procurent ni sûreté ni garanties… Elles existent dans l’hypothétique… dans le spéculatif.

Cependant, le “spéculatif” dans le marché contient aussi les gains de l’avenir, les Amazon ou les Apple de demain.

Cela vaut aussi pour les individus : Pour mettre la main sur des gros bénéfices, vous devez essayer de vous placer sur le “fer de lance…”

La plupart des gens ne le font pas… À la place, ils font attention à ce qu’ils peuvent empocher sans aller dans l’inconnu.

Une connaissance parlait par exemple d’une dispute entre lui et son ex-propriétaire.

Le propriétaire n’avait pas rendu la caution…

Du coup, la connaissance l’a mené au tribunal et a touché 10.000 euros de dommages, en plus de la caution.

La plupart des gens y verraient une réussite… un “gain.”

Mais cela ne mène nulle part. Tout le monde a parfois l’opportunité de toucher un peu d’argent ici et là grâce aux aléas de la vie.

Cela ne vous met pas sur le “fer de lance.” Cela vous donne juste les moyens de demeurer là où vous êtes.

Plus de détails en rapport avec “x2 vos revenus…”

Le projet “doublez vos revenus” est en cours de préparation.

Cela prend du temps… Cela demande de la préparation, et l’agencement d’un nombre d’éléments.

Mais cela arrive.

Cordialement,

Henry B