5 sociétés pour la “fuite du cash”

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

Le CAC 40 revient un peu depuis hier… il touche les 6.040 points. En effets, les marchés asiatiques auraient surmonté les craintes sur le coronavirus. Les marchés de Shanghai et de Hong Kong étaient en net rebond dans la journée…

Un bon nombre de sociétés françaises ont des revenus liés aux ventes en Asie — en particulier dans le luxe — donc un problème affectant la consommation asiatique aurait eu des répercussions sur le marché français.

“Cash is trash…”

Le célèbre investisseur Ray Dalio, créateur du fonds Bridgewater, avec 160 milliards $ sous gestion, conseille aux investisseurs de délaisser l’argent “en liquide” (sur les comptes courants par exemple), et d’acheter des actions…

Il prévoit que l’économie mondiale continuera de faire grimper les actifs financiers dans l’ensemble. Il recommande aux particuliers de privilégier un panier “diversifié…” que vous pouvez obtenir en achetant un tracker sur le CAC 40 ou le S&P 500, par exemple.

Le “cash,” dit-il, ne sera pas recherché en 2020… Il est présent en quantités trop importantes, et beaucoup d’investisseurs continueront de s’en débarrasser au profit d’actifs financiers durant l’année, prévoit-il.

Les actions, mécaniquement, vont être de plus en plus surenchéries… leur prix va grimper.

Les Français continuent d’empiler du “cash”

En France, les épargnants continuent d’empiler beaucoup d’épargnes sous forme de “cash…”

Ils avaient mis de côté un chiffre record dans les comptes courants en août passé, atteignant 1.106 milliards d’euros après une croissance de plus de 10 % sur un an.

La réticence des Français vis-à-vis de la Bourse dure depuis au moins 2008. Le nombre de personnes détenant des actions en direct a baissé de moitié entre la crise et 2016, quand seulement 3 millions de personnes en France détenaient des actions individuelles (hors assurances-vie).

Depuis, le nombre de participants au marché a un peu grimpé… sans doute le résultat d’une amélioration des résultats dans le marché (le CAC 40 a pris 31 % sur 5 ans), et dans la fiscalité (la Flat Taxe de 30 %).

Par ailleurs, des taux d’intérêts près de 0 devraient inciter les gens à se diriger vers les actions… où les revenus peuvent être généralement plus élevés.

En dépit de cela, la taille de l’épargne dans les comptes courants continue de grimper…

Les comptes courants sont le premier endroit où vont les Français, suivis par les contrats d’assurance-vie en euros. À eux deux, ils représentaient 69 milliards d’euros sur les 84 milliards d’euros de côté par les Français en 2018.

Investir quand “cash is trash”

L’idée est que l’argent “cash” est facile à obtenir sur le marché …

En bref, les entreprises et les investisseurs qui parient sur un manque de “cash” dans le marché pourraient être en mauvaise posture …

Alors que les groupes qui se basent sur l’utilisation de liquidités bon marché auront tendance à s’apprécier.

Cela facilite l’obtention de capitaux pour financer des opérations de marché — rachats, ou acquisitions.

Ce qui est une autre manière par laquelle un tel environnement pousse les prix des actifs à grimper… La société Qonto de banque en ligne vient par exemple de lever 104 millions d’euros… le total levé par les startups françaises est déjà à 144 millions d’euros pour 2020… Avec plus d’argent à disposition, les valorisations montent également.

En bref… quand le “cash is trash”… l’argent liquide est facile à obtenir (pour les entreprises au moins)… mais les actifs financiers, par contre, sont en forte demande.

Les investisseurs — dont surtout les très gros gérants de fonds — sont à la recherche de sources de rendement… quitte à prendre plus de risques.

Cela aura tendance à maintenir les prix en Bourse des entreprises qui peuvent fournir ces opportunités de rendement.

Une idée pour profiter de cette recherche de rendements

Comme les particuliers, les gros gestionnaires sont à la recherche de conseils en investissement et des placements pour viser un certain objectif de retour.

Vous pouvez tenter de trouver les actifs qui vont produire des rentes importantes vous-mêmes…

Mais vous serez en forte compétition pour trouver les bons actifs à acheter.

Une autre approche est de miser sur les personnes qui font ce travail et vendent leurs services aux investisseurs.

Je parle des groupes de Private Equity qui investissent l’argent d’un grand nombre d’investisseurs privés ou institutionnels…

En effet : la recherche de nouvelles opportunités a mené à l’essor de nouveaux produits tels que les fonds de crédits privés — qui visent des retours plus élevés en investissant dans des placements moins liquides, et souvent plus risqués.

Lorsque le gérant fait bien le travail, il mitige en principe les risques grâce à la diversification.

Vous pourriez penser à acheter les sociétés qui fournissent ces opportunités. Un certain nombre sont cotés en Bourse : BlackStone (à ne pas confondre avec BlackRock, principalement un créateur de trackers), KKR, le Carlyle Group, Apollo, et OakTree Capital.

L’intérêt de ces types de société est de vous fournir des revenus qui sont basés sur l’exploitation des opportunités de rente… alors que d’autres investisseurs — les clients — prennent les risques.

En effet, grâce aux frais de performance sur les placements, la société qui propose ces placements peut toucher de retours sérieux, sans prendre elle-même beaucoup de risque.

Comme l’explique la société Horizon Kinetics :

“Les actionnaires des sociétés de private equity tels que KKR et Blackstone vont recevoir un retour grâce à la participation de la société dans différentes opérations avec ses propres fonds, plus une portion des frais de gestion et de performance, nets de la rémunération des salariés. Par opposition, les clients de la société de private equity — par exemple, un client de KKR qui investit lui-même dans l’un des fonds géré par le groupe –, lui, perçoit le même retour sur l’opération, moins les frais de gestion et de performance. Dans aucun cas les clients de la société ne perçoivent-ils une participation aux frais.”

En bref, selon Horizon Kinetics, il pourrait être plus rémunérateur de parier sur le gérant qui recherche les opportunités de rente — tels que KKR ou BlackStone — plutôt que d’utiliser leurs services.

Donc si le “cash” est bon à jeter… alors ces types de sociétés pourraient constituer un cible intéressante pour en profiter.

Nous y reviendrons…