Ces lycéens des “Grèves climat” sont si dupes !

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

Aujourd’hui, le marché continue sur la hausse…

Des lycéens font grève en France — partout en Europe en fait — pour le mouvement “Youth for Climate.”

On recense 197 “grèves” de lycéens en France… Ils ne vont pas à l’école, en protestation du réchauffement… Ils appellent à la mobilisation, etc.

Ils tiennent des pancartes “Si le climat était une banque, on l’aurait déjà sauvée.”

Ou autres du genre.

Ils ont des cheveux teints en bleu ou en rose…

…et ils veulent sauver la planète !

Éh oui… l’enseignement obligatoire sur le réchauffement climatique, désormais de la CM1 à la Terminale… porte fruit !

Et les écolos sont extasiés de voir leurs slogans et enseignes reprises par des mains si jeunes et dévouées.

Déjà, ils ont nominé Greta Thunberg, l’instigatrice du mouvement, âgée de 16 ans, au Prix nobel de la Paix !

Les organisateurs du mouvement sont seulement déçus que les professeurs de classe en France n’en fassent pas davantage pour pousser les lycéens à participer.

Michel Fize, un sociologue cité par FranceTVInfo, félicite les élèves d’avoir agi en dépit de ce manquement :

“Les jeunes Français sont partis de loin. Ils ont du mérite dans leur prise de conscience car l’école ne leur apporte pas les moyens de cette réflexion.”

M. Fize continue :

“En France, on est dans un savoir académique, on échappe aux grandes questions de société.

“Les élèves ne sont pas assez sensibilisés à ce type de problématiques sociétales.

“Contrairement à des jeunes comme Greta Thunberg, qui ont développé une conscience plus aiguë, voire politique, de ces questions environnementales.”

Voyez :

Les ingénieurs d’un monde meilleur, à la M. Fize ou à la M. Hulot, se prétendent toujours en faveur de la “réflexion,” de la “prise de conscience,” du débat sur les “grandes questions de société.”

Pourtant, tout le monde n’est pas d’accord avec la vision de ces écolos-en-chef…

Auront-ils droit à la parole aussi … ?

Ce n’est pas difficile de trouver des critiques convaincantes du programme de la Transition.

J’ai sur mon bureau un tracte écrit par le blogueur H16. Il s’intitule “Petit Traité d’Anti-écologie.”

Ça date de 2015 mais ça pourrait être écrit aujourd’hui.

Il rappelle entre autres les (très) nombreuses prédictions données sur le climat au fil des années, la plupart non-avérées.

Les âmes influençables et ouvertes des lycéens vont-elles être exposées à ces arguments au même titre que les injonctions de M. Hulot ?

Si vous pensez que oui, vous rêvez.

L’objectif de tout ça, ce n’est pas la “réflexion” ni le développement de l’esprit critique.

C’est plutôt l’opposé.

Ces lycéens sont les êtres les plus dupes de l’histoire

L’Union européenne récolte et dépense environ 137 milliards d’euros par an… avec une forte proportion en rapport, supposément, avec le climat.

En fait, Ségolène Royale avait raison :

Le climat sert de prétexte pour une panoplie de taxes, de règles, de transferts… la plupart servant une minorité de insiders.

Pensez au groupe Bolloré et son contrat sur l’Autolib’ — dont les pertes monumentales de 240 millions d’euros vont être payées par le contribuable.

Mais l’argent qu’on dépense est bien réel… Et il vient tant du contribuable que de la dette.

Les lycéens d’aujourd’hui s’indignent des problèmes dont ils pensent hériter…

…mais les vieux ringards doivent retenir un rire face à la crédulité innocente de ces jeunes gens.

Parce qu’ils ont une telle croyance aveugle en M. Hulot et compagnie qu’ils ne voient pas ce qu’on leur lègue vraiment :

Une dette monumentale, impayable, et toujours croissante… qu’ils n’ont aucune chance de rembourser… et qui doit finir tôt ou tard en faillite ou en dévaluation monétaire.

Et il n’y aura pas besoin de M. Hulot pour en voir les conséquences.

Mais voici l’absurdité comique de l’histoire :

Ces jeunes en veulent encore … En fait, ils descendent à la rue pour en réclamer … !

Et qui sont nos élus pour leur refuser ?

Cordialement,

Henry B