Heures d’ouverture du marché actions

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

Le CAC 40 revient à la barre des 5.950 points aujourd’hui. L’épidémie du coronavirus a sappé l’élan du marché-actions, mais aujourd’hui l’indice bénéficie de l’attente des nouvelles directives de la Fed.

Franck Dixmier, un analyste de chez AllianzGl cité par CercleFinance, dit que les marchés prévoient une continuation de la pause : “Nous n’attendons aucune annonce lors de la prochaine réunion du FOMC,” dit-il. Si c’est le cas, alors les taux bas continueront d’alimenter les prix des actifs.

Voici une question : les marchés ont-ils besoin d’être ouverts toute la journée ?

Les marchés ouvrent à 9 heures et qui ferment à 5H30 (dans le cas de la Bourse de Paris). Cela “va de soi,” n’est-ce pas ?

En effet, la plupart des bureaux et des activités professionnelles ont des horaires de ce type. Pourquoi pas la Bourse ?

Mais des propositions et commentaires récents donnent l’argument que la Bourse fonctionnerait aussi bien — voire mieux — en étant ouvert moins de temps.

Une entité représentant l’industrie bancaire, la Association for Financial Markets in Europe, a proposé en novembre de réduire de 90 minutes la durée de l’ouverture du marché londonien, par exemple.

À l’heure actuelle, l’ouverture des marchés comporte des coûts de fonctionnement importants.

Tant que les marchés sont ouverts, des milliers de professionnels de la finance s’affairent à surveiller son fonctionnement, gérer des ordres de Bourse, et réagir aux nouvelles informations qui arrivent de différentes parties du globe.

L’intérêt de plages horaires plus importantes est d’accommoder plus de commandes de la part d’investisseurs particuliers ou institutionnels.

Cela leur donne plus de flexibilité. Si, par exemple, vous ne pouviez pas passer commande avant 17 heures, vous pourriez le faire à 17h15, et toujours voir s’exécuter votre trade.

Si le marché français suivait les horaires du marché de New York, de 9h30 à 16h, alors il serait trop tard. Votre ordre en Bourse devrait attendre d’être exécuté au lendemain, et vous ne savez pas d’avance à quel prix cela se ferait.

En réalité, cependant, les investisseurs ne tirent pas forcément un avantage énorme à pouvoir passer leurs ordres en Bourse sur une durée de temps plus importante.

En effet, il est rare que vous puissiez réellement compter sur un meilleur prix en achetant ou en vendant à un moment autre de la journée. Si le marché affiche un certain prix à 16 heures, il n’est pas forcément raisonnable de croire qu’une heure et demi de plus vous offrirait un prix sensiblement meilleur.

Évidemment, les marché fluctuent, mais il pourrait tout aussi bien fluctuer demain à l’ouverture qu’une heure plus tard dans la même journée.

Bref, plus d’heures d’ouverture du marché ne vous apporte pas forcément un avantage clair. À l’échelle humaine, du moment que vous pouvez exécuter votre ordre en Bourse au sein d’une journée quelconque, cela vous conviendra vraisemblablement.

Mis à part, évidemment, les day traders, qui tentent de parier sur des fluctuations de prix au sein d’une même journée. Mais même pour eux, augmenter la durée d’ouverture n’augmente pas forcément les chances de réussir.

En revenir encore aux ETFs

En fait, les produits d’investissement les plus appréciés des investisseurs, les trackers tels que les ETFs, achètent et vendent leurs actifs en fonction des changements au sein des indices correspondants. Mais ils ne le font pas en temps réel.

À la place, les ETFs effectuent tous les achats et ventes d’actions à la fermeture du marché.

Pour cette raison, les transactions dans les 5 dernières minutes d’ouverture de la Bourse représentent environ 20 % de tout le volume quotidien. Selon Reuters, le tiers des volumes échangés arrivent dans la dernière heure d’ouverture.

C’est pour cette raison que changer les heures d’ouverture du marché aurait peut-être un impact mineur seulement… Une grande partie des investisseurs sont déjà — indirectement — en train d’effectuer toutes leurs transactions dans les dernières minutes d’ouverture du marché.

Selon Kipp Rogers, un blogueur qui étudie le fonctionnement des Bourses, l’industrie financière pourrait être largement plus efficace avec moins d’heures d’ouverture :

“L’industrie financière dépense en ce moment beaucoup de temps pour maintenir l’ouverture des marchés, alors que cela n’a pas forcément d’intérêt. Nous pourrions réduire ce temps d’ouverture, qui est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de professionnels font des journée des 11 heures.

“Les marchés boursiers pourraient avoir 2 à 4 séances par jour, chacune durant environ 30 à 60 minutes, chacune synchronisée avec un autre échange majeur sur la planète.”

Réduire les plages horaires des Bourses pourrait en fait revenir à simplifier le fonctionnement des grosses places financières, sans pour autant retirer de bienfait majeur aux investisseurs typiques.

Par ailleurs, les gros investisseurs institutionnels — qui pourraient vouloir profiter d’heures d’ouverture plus longues — peuvent le faire par le biais de marchés secondaires, tels que les dark pools, qui offrent des heures d’ouverture plus variés.

Le marché et vous

Cette proposition n’a pas forcément d’impact dans l’immédiat.

Cela illustre juste une remise en cause de l’orthodoxie des marchés…

En effet, les Bourses ont conservé des horaires d’ouverture datant de l’époque des échanges physiques.

Mais maintenir les transactions et la formation des prix représente, en soi, un coût.

En pratique, une réduction des plages horaire sur EuroNext augmenterait sans doute l’utilisation des dark pools et autres alternatives, car une partie des investisseurs veulent — pour des raisons variées — effectuer leurs opérations à des heures précises.

Mais pour l’individu typique qui est indifférent qu’une opération aie lieu à une minute près, cela ne représenterait sans doute pas un inconvénient.

Cela créerait une différenciation entre le marché “principal,” où les liquidités seraient les plus importantes, et des marchés secondaires offrant d’autres caractéristiques.

Le gain d’efficacité pourrait même remonter aux particuliers, qui paieraient par exemple des frais moindres (en raison des coûts moins importants pour maintenir l’ouverture des marchés).

À l’heure des algos de trading, du trading à haute-fréquence, et des dark pools, les échanges boursiers eux-mêmes sont en train de s’adapter de se transformer.

Cela ne signifie rien pour nous dans l’immédiat d’un point de vue de placement… mais cela fait réfléchir au service des échanges boursiers en soi. Qu’est-ce qui constitue une bonne Bourse contre une mauvaise ?

Le livre Flash Boys de Michael Lewis décrit par exemple l’innovation dans le milieu des places boursières — avec l’apparition des dark pools, et du high-frequency trading.

Pour lui, la tendance représente la recherche de profit par des traders sans scrupules.

En réalité, cela représente plus une évolution naturelle dans le fonctionnement des Bourses… engendrant des nouveaux entrants et des sources de profits…

À suivre.