Pétition climat — on va enterrer les Gilets jaunes

*En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail saisi soit utilisé, traité et exploité pour que je reçoive la newsletter gratuite Antagonistes. A tout moment, vous pourrez vous désinscrire de De Antagonistes. Voir notre Politique de confidentialité.

Les marchés finissent l’année dans le rouge, mais le CAC 40 a récupéré une partie des pertes aujourd’hui. Il a rebondi d’en-dessous des 5.600 points et touche presque les 5.700.

Pour l’ensemble de l’année, il affiche un recul de 13 %.

Mon message d’hier pointait du doigt la dette des entreprises.

Après la crise de 2008, la Fed et la BCE ont abaissé les taux jusqu’au plancher. Mais les nouvelles règles faisaient qu’on ne prêtait pas facilement aux particuliers ni aux ménages.

À la place, les entreprises en ont profité pour emprunter.

Que ce soit aux États-Unis ou en France, la quantité de dette sur les bilans des entreprises a presque doublé en 10 ans.

Et toute cette dette est maintenant adossée aux marchés-actions… Si la valorisation des entreprises baisse, alors leurs dettes deviennent plus risquées. C’est mathématique.

Les Gilets jaunes ont décampé… maintenant place aux écolos

Sur le dos du mouvement des Gilets jaunes, on voit maintenant circuler une “grande pétition” réclamant que l’État agisse contre le “changement climatique.”

C’est maintenant 1,7 millions de signatures sur la pétition… devenue incontournable sur les réseaux.

(Contrepoints rapporte qu’on ne peut pas vérifier que le compte soit bon… ni que les signatures soient valides.)

Mais qu’est-ce qu’on demande ?

On veut mener l’État en justice pour “inaction.”

Ça ne précise pas le genre d’action qu’on voudrait voir… mais voici une supposition : Plus de taxes sur les véhicules, les carburants, etc. Et plus de subventions pour les éoliennes, le vert, le renouvelable, etc.

Si on peut mener l’État — en gros, le contribuable — en justice pour n’avoir pas assez fait contre les émissions… peut-on aussi le mener en justice car on n’est pas d’accord avec le gâchis d’argent public ?

Si on n’est pas d’accord pour payer la dette qu’on doit entamer pour financer tout ça ?

Et si le danger du changement climatique s’avère moins grave que prévu… ou si les programmes s’avèrent inefficaces… peut-on mener en justice les activistes… les écolos… les journalistes… et tous les membres du gouvernement qui ont réclamé qu’on ponctionne le contribuable pour payer la Transition ?

La blague.

Quand on se dit du côté de “l’écologie” ou de la “solidarité,” on n’a pas de comptes à rendre.

Même si ce qu’on veut, en fin de compte, c’est simplement obliger les autres à faire ce qu’on leur dit de faire.

Ou leur interdire de faire ce qu’on ne veut pas qu’ils fassent.

Et on apprend aussi qu’un rassemblement va avoir lieu, le 20 janvier, en soutien au gouvernement Macron…

Après les Gilets jaunes… on va sans doute revenir sur nos pas.

On va de nouveau faire valoir qu’il faut punir les émissions de gaz. Taxer. Subventionner. Interdire et ponctionner.

Et hop ! On sera reparti.

Cordialement,

Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *